L’art subtil de s’en foutre résumé chapitre 3

Bonjour à tous, je vais vous parler du livre l’art subtil de s’en foutre résumé du chapitre 3 .

Ce chapitre commence par une mise en situation.

Introduction.

Il commence à nous raconter l’histoire d’un jeune homme qui se croyait génial dans tout ce qu’il entreprend.

Que tout ce qu’il faisait étais absolument grandiose et que c’était tout simplement un génie. Il tournait tout à son avantage sans nier l’évidence de son manque de connaissance.

Bref, pour lui, il était tout simplement génial et que c’était tout simplement la faute des autres si on ne le reconnaissait pas à sa juste valeur.

La réalité d’être spécial .

Ce mode de pensée est très répandu chez les humains.

On appelle ça : l’effet Dunning Kruger. Ce qui signifie que l’on a surévalué nos compétences réelles.

On croit qu’on est véritable expert dans un domaine, alors que nous sommes loin de la réalité.

dunning kruger

 

La réalité est que peu de gens sont des experts dans un domaine précis. Nous sommes pour la grande majorité d’entre nous débutant, ou, tout juste moyen. Nous sommes dans une société qui veut nous faire croire que tout le monde est très bon. Alors, que c’est seulement une élite.

Regardez la réalité en face, les personnes qui sont réellement compétentes dans leurs domaines.

Regarder les athlètes de haut niveau pour vous en rendre compte. En France, il y a plusieurs millions d’inscrits en club. Pourtant, combien sont professionnelles ? Quelques centaines, tout au plus.

D’ ça provient ?

Selon l’auteur, ce mode de pensée viendrait des USA dans les années 60.

À cette époque, les psys ne parlaient que du développement de l’estime de soi et de pensées positives.

Les études avaient montré que : les gens qui avaient une haute estime d’eux-mêmes réussissaient mieux dans leurs vies.

Ce qui avait pour but de : diminuer la criminalité, créer de l’emploi, motiver les élèves à faires des études, etc.

Le résultat de ça c’est que tout a été surévalué. Les mauvaises élèves voyaient leurs notes gonflées, afin qu’il n’est pas honte de leurs notes. Des récompenses étaient décernées aux derniers du style « Merci d’avoir participé ».

La conséquence

C’est qu’il faut se rendre à l’évidence d’une chose : tout le monde n’est pas exceptionnel.

Si nous avons une bonne image de nous-mêmes, ne veux rien dire s’il n’y a pas une bonne raison à ça. Notre espèce s’est développée au fil du temps, dans l’adversité et les échecs, certainement pas dans le monde des bisounours.

Vous n’avez qu’ à voir tout ce que l’humanité a construit pour vous en rendre compte.

C’est bien dans l’adversité et l’échec, que l’on fabrique des adultes à la détermination farouche, capables de mener à bien ce qu’ils entreprennent.

La vérité sur l’estime de soi, c’est d’apprécier les aspects négatifs que nous possédons. Sinon, comment son image positive de nous-même pourrait est estimer « réellement » de manière fiable ?

Le problème avec ces personnes qui pensent tout savoir, c’est qui se la pètent en permanences, et même au détriment de leurs entourages.

Ils ont besoin d’avoir une image d’eux hyper clean et finissent à ne penser qu’à leurs petites personnes. Il faut voir la réalité en face, peu de gens acceptent d’être médiocres et de ne pas savoir. Cela demande un certain courage de se dire « j’accepte la critique » ou alors « je ne sais pas ».

La solution

Pour corriger ceci est à la fois simple et compliquée.

Il faut être capable d’analyser concrètement et d’être le plus lucide possible, nos points forts et faibles.

Vous voyez, c’est assez simple comme conseil.

En revanche, pour la mise en pratique c’est assez compliqué.

Il faut faire ce travail-là sur nous-mêmes, sinon la réalité nous rattrapera forcément un jour et ça peut nous faire très mal.

Quand les problèmes sont présents.

Dans la vie, nous avons tous des problèmes plus ou moins gros.

Selon notre vécu et nos diverses expériences. Nous allons réagir de plusieurs façons.

Quand nous subissons une souffrance intense et que l’on n’arrive pas à la contrôler.

Nous allons soit :

– Nous apitoyer sur notre sort et accuser les autres de nos problèmes.

– Je suis nul et tout le monde est génial.

Dans les 2 cas, vous vous comportez comme une victime.

La réalité est que :

peut importe ton problème, il n’est pas personnel.

Dis-toi que des millions de personnes à travers le monde l’ont déjà eu.

Ta copine ta larguer et ta tromper avec un autre. Ta perdu ton boulot. Tu as perdu un proche. Tu es tout seul.

Bref, ce genre d’évènement pas agréable qui peut arriver.

Vous pensez être les seules à vivre ça ? Bien sûr que non.

C’est juste que peu de gens le montrent.

Car la majorité d’entre nous n’aiment trainer avec des gens qui se plaignent de leurs problèmes. À part les proches.

Bien sûr que dit comme ça c’est simple. Que lorsque nous subissons ce genre de problèmes nous sommes déboussolées et perturbées !

Ce qui est totalement normal.

C’est important pour moi de vous parler de ça, car , lorsqu’un problème grave nous arrive, on se dit qu’on est seuls à souffrir. Quelque part cette réflexion est une manière de vous dire que vous n’êtes pas seuls à la vivre et ça nous rassure de le savoir.

 

Pour conclure.

Il faut développer notre faculté à être le plus lucide possible, afin d’être le plus ancré dans la réalité. Vous pouvez bien entendu devenir un véritable expert dans ce que vous souhaitez. Il faut juste que vous preniez conscience que cela prendra probablement plusieurs années .

Vous voyez toujours le résultat de ceux qui sont déjà au sommet.

Dorénavant, regardez le chemin parcouru. Cela vous aidera grandement à être le plus lucide possible.

Dites-vous que :

peu importe vos problèmes, des millions de personnes le vivent actuellement. Même si j’ai parfaitement conscience que quand vous y êtes confronté, vous n’êtes pas forcément bien .Ce que je comprends parfaitement et vous avez le droit de vous sentir mal !

En revanche, il est de votre responsabilité de vous en sortir. Peu importe la façon de procéder ou le temps que ça mets, confrontez-vous à vos problèmes.

 

Voilà, c’était le troisième chapitre de  L’art subtil de s’en foutre . J’espère que vous l’avez, apprécié.

Si vous avez des remarques ou des commentaires pertinents à partager, n’hésitez pas 😊

 

Mon blog: https://lactionsuittespensees.fr/

 

Le livre L’art subtil de s’en foutre . Sachez que je touche une petite commission 😉

Si mon article vous a plu, vous pouvez me rejoindre sur mes réseaux :)

9 commentaires

  1. Article bien écrit, j’ai aimé ça donne envie de découvrir la suite des chapitres 🙂

  2. Merci pour ce troisième chapitre ! Il est bon de se rendre compte que nous avons tous des problèmes, sans exception. Nous devons juste prendre nos responsabilités et agir pour un changement. Si nous apprécions notre vie et voulons la vivre correctement, nous devons réaliser que nous ne sommes pas parfaits et que nous pouvons nous améliorer à tout moment.

  3. Merci pr le 3 eme chapitre ! J’aime bcp la manière dont tu aborde les résumé de livre ! Je m’abonne à tes articles que je trouve exceptionnelles ! Ces 2 phrass résume tt :
    Ce que je comprends parfaitement et vous avez le droit de vous sentir mal !

    En revanche, il est de votre responsabilité de vous en sortir.

    Magnifique dans ta conclusion 🥰🥰🥰

  4. Déja j’adore le titre du livre … mais en plus ce chapitre est particulièrement parlant … je le résumerai de la façon suivante « arrête de te plaindre, ou de te lamenter, car tu n’est pas exceptionnel et ce que tu vis est normal … alors avance sereinement sur ton chemin de vie et transforme toi  » … Merci Rémi pour ton partage et vivement le prochain chapitre 🙏

  5. Je suis triste pour les gens qui rejettent toujours la faute sur les autres. Ils n’avanceront pas dans la vie comme ça.
    Mais bon, on a tous nos défauts. C’est à nous d’en prendre conscience et de mener notre propre barque si on veut progresser. Message plein de sagesse 🙂
    J’aime bien ton résumé, merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.